J’ai testé le « paddock paradise »

DSC_0587.jpg

Ceux qui me suivent sur Instagram le savent surement : Mes chevaux sont en «paddock paradise» depuis maintenant un an.

Je met entre guillemets tout de même le terme paddock paradise, puisque le notre n’en est pas totalement un. En effet le terrain étant en location, nous ne pouvons pas faire ce que nous voulons sur ce dernier, donc nous n’avons que très peu de zones de cailloux et aucune zone de sable. Le principe est cependant le même : Les chevaux se déplacent toute la journée, via des couloirs qui mènent à divers endroits (eau, foin, abris, foret, ..)

Depuis quelques années nous voyons le monde du Cheval changer, de plus en plus de cavalier remettent leur équitation en doute et se posent de nombreuses question sur le bien être équin, ce qui, selon moi est une très grande avancée dans l’équitation. Dans cet article je vais vous exposer les pour et les contres des paddock paradises selon mon expérience.

34387254_10216344839044431_5212376236025708544_n.jpg

Le passage au pieds nus vraiment rapide et sans problèmes. 

Avec Rico, il a tout d’abord fallu passé au pieds nus. Je vous avouerai que je n’étais pas particulièrement sereine à cette idée, puisque la première fois que j’avais voulu le faire déféré nous n’avions eu que des soucis (abcès aux 4 pieds,  boiteries aux origines indéterminées,..) mais cette fois-ci tout s’est très bien passé. Après avoir pris rendez vous avec la pareuse en mars, et son déferrage, Rico n’a eu aucune boiterie visible ni d’abcès dans le premier mois qui a suivi. Il a eu une courte période de forte sensibilité en juin lorsque les terrains sont devenus très secs, mais rien de trop inquiétant. Le fait de pouvoir marcher toute la journée à vraiment aidé au développement de ses pieds, puisque nous sortons depuis le mois de juillet sans chaussures en extérieur, même à la journée et marchons sans aucune difficulté dans les cailloux et sur le bitume.

La dermite de Bambie atténuée. 

Bambie à toujours eu une forte dermite (je vous ferais prochainement un article dessus) j’ai été agréablement surprise cette année de constater qu’elle était bien plus légère que les années précédentes. En effet, il ne s’est pas fait de plaies à sang cette année, simplement quelques trous au niveau des poils et des crins.

La vie en troupeau qui leur permet de se détacher l’un de l’autre. 

Mes chevaux avaient toujours été ensembles, sans jamais être séparés, ils avaient des contacts avec d’autres chevaux mais sans être aussi « proches ». Le paddock paradise leur a permis de se trouver de nouveaux copains, ils passent un peu moins de temps ensembles mais étrangement ils se sont choisis les mêmes copains, et ont moins d’affinités avec les trois mêmes chevaux.

Une gestion difficile des clôtures, principalement en hiver. 

Pour moi le « point noir » des paddocks paradises se trouvent niveau des clôtures (Attention, je parle toujours de mon expérience, je ne sais pas comment ça se passe ailleurs). Notre paddock paradise fait 6 hectares, et les pistes sont très longues. Avec les autres filles nous sommes en gestion partagé et nous nous imposons un tour des clôtures  une fois par semaine, à tour de rôle. Cet hiver, j’ai eu énormément de mal à gérer les soins de mes chevaux en plus de la gestions des divers travaux sur les clôtures; principalement dû à la nuit qui arrive très vite et l’impossibilité de faire quoi que ce soit après le travail. C’est vraiment le seul point négatif que je trouve au paddock paradise, je pense cependant que dans une parcelle de terrain plus petite cela doit être bien plus gérable.

Comme vous avez pu le lire, il s’agit d’un hébergement qui convient vraiment très bien à mes chevaux; et que j’apprécie vraiment également. Si j’avais à changer d’endroit, je pense que je repartirai sur ce système de gestion de parcelles avec couloirs et points d’intérêts éloignés plutôt qu’une pension pré classique, ça c’est certain !

Et toi, tes chevaux disposent de quel hébergement ? 

37161440_10216654887035437_8420671137750450176_n

5 raisons de se mettre à l’équitation Western.

 

Quand on parle d’équitation western, les gens pensent souvent à un ou plusieurs cow-boys galopant dans les plaines du grand Ouest Américain.
Il y a maintenant bientôt deux ans je passais le cap avec Rico et débutais cette équitation encore peu commune en France, et j’avoue être totalement convaincue par cette dernière.
Loin des codes de l’équitation classique, aujourd’hui je te donne 5 raisons de se mettre à l’équitation Western.

1 /  Les aides 
Les préjugés sur l’équitation western ont la vie dure.. « Mors durs, Éperons sévères, cavaliers brutaux,… » C’est fou ce que l’on peut entendre comme préjugés lorsque l’on parle d’équitation western, il est vrai que les éperons sont assez imposants dans cette équitation, mais ils sont principalement là pour de la «décoration», les aides des cavaliers étant vraiment très fines, et la voix étant l’une des plus prisés.
En effet, que ce soit pour demander l’allure par un claquement de langue (au pas et au trot, pour le galop on utilise le «bisous») ou bien pour s’arrêter («Whooa») c’est la voix qui est utilisée, et non les jambes et mains comme en classique.
Les jambes servent principalement à demander des pivots sur les hanches ou les épaules, avec une pression très légère.
Les mains quand à elles servent à donner la direction avec la « Neck Rein » ou rêne d’appui sert à diriger le cheval, principalement à une main. La rêne directe elle est celle qui agis sur la bouche du cheval, pour reculer par exemple, ou lors du travail à deux mains.
2 / La selle 
Non seulement en plus d’être jolies et confortables les selles western répartissent vraiment très bien le poids sur le dos du cheval, bien mieux qu’une selle classique.
Il en existent plusieurs sortes, comme en équitation classique, que l’on peut choisir selon sa discipline, allant de la selle de reining, en passant par la selle de trail à la bonne grosse selle de ranch.

3 / L’ambiance 
Loin des carrières de CSO un peu « Prout Prout », l’ambiance des concours d’équitation western est vraiment très chaleureuse, bien plus qu’en classique, et l’entraide entre les cavaliers est bien plus présente.

4 / Le lien étroit entre équitation western et «éthologie» 
Les principes de l’équitation éthologique viennent de cow-boys, les plus connus dans cette discipline étant Monty Roberts avec le join Up et Pat Parelli avec ses 7 jeux.

5 / Par ce que c’est vachement classe quand même !
Un Stetson sur la tête, une belle chemise, un jean solide et une belle paire de santiags, c’est quand même la méga classe et super cool pour monter à cheval !

Et toi, quelle équitation pratique-tu ?